Dans la tête d’un pro : João Vieira au PCA 2019 (1)


Attention, danger ! C’est une véritable
machine de guerre du poker moderne que vous allez pouvoir observer aujourd’hui dans ce nouvel épisode
de Dans la Tête d’un Pro, tourné en exclusivité aux Bahamas au cœur de la PokerStars
Caribbean Adventure. João Vieira, c’est d’une part
le premier joueur portugais à avoir intégré
le Team Winamax en février 2018; mais avant cela, c’est avant
tout l’un des plus beaux palmarès de l’histoire du poker en ligne avec des centaines
de victoires et finales accumulées semaine après semaine
au cours des dix dernières années. Pour en arriver là, celui qui fut à 15 ans
le plus jeune basketteur pro de son pays a patiemment travaillé son jeu, anticipant les modes
et l’évolution de la stratégie. Ce compétiteur né qui ne laisse rien
au hasard impressionne chaque jour ses coéquipiers par sa rigueur
et la profondeur de ses analyses. À quelques heures du coup d’envoi
sur le Main Event de la PCA, on le retrouve
sur son ancien terrain de jeu favori pour un dernier échauffement physique
avant d’entrer dans l’arène. N’oubliez pas d’activer les sous-titres ! Je viens d’arriver aux Bahamas, après l’EPT de Prague et une petite pause pour Noël et la fin de l’année
pour me détendre. Ces pauses sont importantes pour pouvoir rester concentré
pendant les tournois longs et exigeants comme le PCA. J’aime profiter de la matinée,
surtout aux Bahamas où les conditions sont exceptionnelles
pour faire un peu d’exercice, passer du temps avec les amis
et se détendre un peu, vu que les journées
à ces tables sont assez longues : entre 10 et 12 heures. Du coup,
faire un peu d’exercice le matin, prendre un peu le soleil, passer du temps
avec amis est assez important. Je maintiens aussi une activité
physique constante, dès que possible. Comme c’est une seconde nature pour moi,
je passe ici au terrain de basket sur lesquels
j’ai passé beaucoup de bons moments pendant de nombreuses années. J’ai joué au basket pendant plus de 20 ans, dans 8 en tant que professionnel.
Du coup, ça fait toujours du bien… ça me sert de refuge avant les sessions. J’ai besoin d’un peu d’entraînement… Après la session, j’aime bien prendre
un petit-déjeuner assez copieux. Les sessions sont longues et la nourriture
n’est pas toujours idéale; du coup, il est important
de maintenir une alimentation riche qui me permet de tenir un haut niveau
d’énergie pendant 12 heures. Après l’exercice, après le petit-déjeuner,
c’est l’heure de jouer. Il est important d’être préparé
à toutes les situations. Les journées ne se passent toujours bien,
les séries ne commencent pas toujours bien. Être mentalement préparé
à ce qui peut arriver, que la journée soit bonne,
ou que je passe une mauvaise journée à devoir résister longtemps
en tant que short stack. Mais les choses
ne se passent pas toujours de cette façon. Tu veux t’asseoir ou juste…
il y a quelque chose que tu veux… ? Non, c’est bon. Juste me concentrer et me focaliser
sur ce que je dois faire, ce qu’il se passe… Oui, je pense que tout ce
qu’on a abordé hier et avant ça. Juste l’appliquer. Et c’était parfait,
le fait d‘arriver en pleine forme. Dès que je me suis assis,
j’étais super concentré, le temps est passé super vite… C’est quand tu sais
que tout se passe à la perfection… Le niveau est déjà fini ? J’étais très bien dans ma peau,
je voyais tout… c’était parfait. – La fin a été super aussi.
– OK, très bien. Même chose alors. Je pense que ça va être
une bonne année, coach. Assure-toi juste de poster la table
qui t’as été assignée, pour que les blogueurs
puissent savoir où tu es. -83.
-83. C’est où ? C’est bon, je l’ai vue. Celle-là ? – Non, deuxième là-bas.
– Très bien. Merci, coach. Stephane Matheu,
notre coach du Team Pro Winamax, est aussi notre coach hautes performances. Une petite conversation avant le tournoi. Une partie du jeu à laquelle beaucoup
de gens ne font pas assez attention. Par chance,
je bénéficie de cet accompagnement tout au long de l’année. C’est une chose que j’apprécie beaucoup,
sur laquelle je me concentre beaucoup. Et maintenant, ici, une petite
conversation avant de commencer. La table que j’ai tirée n’est pas la plus idéale. Ici sont assis : siège 1, Jake Cody,
un joueur assez connu ; siège 2, un grand joueur
portugais, João Barbosa, quelqu’un avec qui je travaille
régulièrement, pas non plus idéal pour moi ; siège 4, un professionnel aussi, un roumain ; siège 5, Pastorcito,
un autre bon joueur professionnel argentin ; siège 6, encore un professionnel,
son nom m’échappe, néo-zélandais, il fait le circuit aussi, très expérimenté ; Luiz Duarte au siège 7, un autre ami à moi, très bon joueur de tournois aussi,
représentant le Brésil ; Paul Newey au siège 8, et au siège 9, je crois
que c’est le seul joueur non professionnel. Plutôt une mauvaise table
pour un Main Event. Relance. Relance UTG+1,
un joueur professionnel argentin. Il s’appelle Pastorcito en ligne,
un bon joueur. J’ai 8-6 offsuit, une main marginale
dans cette position contre cette relance, mais ça reste
quand même une main qui tombe dans
ma range de défense. J’ai un petit tell ici
sur cet adversaire. Quand ça arrive, j’aime bien
call un peu plus loose. Bon board pour moi. Je vais checker toute ma range
contre le raise initial. C-bet de 800. Je pense qu’il va c-bet
ce board assez fréquemment avec une grande partie des mains
avec lesquelles il peut relancer, voire toutes,
selon la stratégie de l’adversaire. Ici, ma seule décision,
c’est de suivre. Je ne vois aucune
autre décision pertinente, mais malgré tout,
j’aime bien prendre mon temps, bien réfléchir à mes décisions. C’est
une chose que j’ai gagnée avec l’expérience. J’arrive souvent à prendre
des décisions plus intelligentes en utilisant
ce temps supplémentaire. Je n’y arriverais pas si
je jouais plus vite. Le turn est un 3, donnant
un deuxième tirage couleur. Pas une carte très effrayante. Enfin, en principe,
si notre main était la meilleure. Elle aurait pu
s’améliorer sur la rivière. L’adversaire checke aussi.
La river est plutôt mauvaise. Une bonne partie
des mains de l’adversaire qui ne me battaient pas
peuvent gagner maintenant. On va checker.
J’espère qu’il va checker aussi. Il a checké, ce qui
n’est pas bon signe. Il montre 9-9. Mal joué. D’une manière très traditionnelle,
on a perdu le premier pot.
Mais c’est à la fin du bal qu’on paye les musiciens. En principe, je ne dois pas envoyer
de messages à qui que ce soit. Ici, je prends juste quelques notes
qui pourraient être utiles. La mémoire seule ne permet pas de garder toutes les informations. C’est pour ça que j’aime bien
prendre des notes de temps en temps pour m’en rappeler plus tard. Paire de Rois, ma deuxième
main favorite, au bouton. Relance. Je vais continuer avec cette stratégie
d’ouvrir à 2,5 BB. La petite blinde a suivi. Intéressant. Plutôt un bon spot
pour la grosse blinde, qui peut faire un squeeze
avec une range peu plus large, quelques mains marginales
qu’il jouerait en semi-bluff, ou d’autres bonnes mains
jouées en value, ce qu’il n’aurait pas pu faire
si la SB avait fold. Il me couvre. On a une
profondeur d’environ 130 BB et ici… …ma décision est de 4-bet.
Je pense que c’est un spot plutôt bon pour
mettre les jetons au milieu. Et s’attendre à ce que l’un d’eux ait
une main un peu décente ou soupçonne que ma main n’est pas si forte
vu que je suis au bouton. Surtout que c’est un spot
où je vais jouer beaucoup de mains et qu’il va être difficile
pour eux de croire que j’ai une main aussi forte
que celle que j’ai réellement ici. Je pense que mon image
va plutôt bien jouer en ma faveur. 4-bet de 6300 après un 3-bet
de 2500 me semble un bon sizing. Surtout vu que j’ai 24 000 au total. Albano a l’air intéressé,
ce qui est plutôt surprenant, après avoir seulement suivi, et qu’il fait maintenant
face à un 3-bet puis un 4-bet. C’est un pro roumain,
qui joue surtout en live. Il décide de faire tapis, mais
je suis très content avec mes Rois. Il retourne une paire de 9… il cachait un peu sa force,
mais après un 3-bet et 4-bet, sa force s’était
complètement évaporée. – 24 ?
– Oui. Au final, j’ai récupéré son stack. Bon début.
Je rattrape mon départ un peu raté. Tu envoies du gros ? J’aimerais bien parler,
c’est juste que je n’ai rien à dire. Peut-être qu’avoir doublé
va commencer à me faire parler. Non, je parle, Dario,
bien sûr que je parle ! – Comment tu vas ?
– Je viens d’arriver et hop, tu doubles. C’est clair, maintenant que tu es arrivé,
je sens les bonnes vibrations de Naples. Napoli et Madeira.
On est connectés, tu sais ? Dario Sammartino, un grand ami à moi
et un grand joueur de MTT italien. Il vient d’arriver à la table.
La table ne s’arrange pas. Pour un field de Main Event
plein de joueurs récréatifs, c’est pas vraiment le type de personne
que je veux voir à ma table. A une table de restaurant à la limite,
s’il est toujours là à la fin du tournoi, mais pas trois sièges
à ma droite dans le Main Event… Mais bon, c’est la loi du tirage, et
aujourd’hui c’est avec lui qu’on va jouer. Relance d’un autre ami à moi, Luiz,
under the gun. J’ai As-3 de carreau.
Je dois 3-bet. Je pense que c’est un bon spot
pour jouer cette main en bluff, et finalement, c’est passé. Parlare italiano? OK. Relance. As-valet offsuit, je fais face
à une relance du joueur UTG… Jake, tu as combien ? Jake Cody. Ça joue assez deep et je pense que vu
ma position en début de parole et ma main qui n’offre pas beaucoup
de jouabilité, je vais 3-bet. Je vais jouer cette main en bluff.
Je pense qu’elle est assez forte pour ça, mais probablement pas
assez forte pour suivre. C’est une bonne main à surrelancer. Elle perd pas mal de force. Surtout qu’à cette phase
du tournoi, les joueurs avec beaucoup de jetons ont tendance à
jouer plus de mains que ce qu’ils devraient. Il y a une bataille ici.
Winamax contre le concurrent. Il a suivi. Il doit avoir
une range un minimum décente.
Des pockets pairs… des As comme le mien,
des As-Dame , As-Valet… Éventuellement As-Roi.
On est trop deep pour 4-bet. Puis des broadways et des paires. Voilà ce que devrait être sa range. Le flop est plutôt bon. Je pense qu’on va faire
un c-bet avec toute notre range. Petit sizing. On dirait que Jake a raté son flop ! Et le premier pot revient à Winamax. Bon début en termes de stack. J’ai environ 55 000 en jetons,
ce qui fait quasiment 200 BB. Un très bon début. Très bon début aussi pour João,
qui a l’air d’avoir un plus grand stack. Les tournois, c’est ça la moitié du temps. Enfin, plus de la moitié du temps ! Fold, fold… et encore fold. C’est très important de se montrer
patient dans ces moments. On en est encore
au troisième niveau du jour. Et je suis là à travailler mes folds.
Un à droite, un à gauche, un en l’air. La table est restée identique
pendant longtemps. Quand le premier mec a perdu…
Nikita, je crois…? Tout le monde était genre
« Maintenant ça va aller plus vite ». C’est de ça dont on a besoin, parce que… J’ai Sontheimer à ma gauche. Pas vraiment
le genre de personne que j’aime voir. Joueur allemand de
super high stakes que j’ai affronté hier dans le 100K à une table qui n’était pas non plus idéale.
On parlait justement de ça :
du niveau relevé de la table Limp de João. J’ai checké Valet-5,
heureux de voir un flop. On va voir ce qu’il va faire. J’ai floppé la seconde paire,
ce qui est correct. Il mise 400, la moitié du pot. Très intéressant, ce spot. On étudie
à fond ce type de situation; pendant des heures,
régulièrement l’un avec l’autre
et avec le reste du groupe. J’ai seulement payé
avec la seconde paire. Un 7 de pique arrive au turn.
Pas une carte idéale. Une carte supérieure
à ma paire qui ouvre un deuxième tirage couleur
et ouvre d’autres tirages aussi. Ici, j’ai la possibilité
de check back mon 5 ou de miser, principalement pour
protéger mon equité. Je sais qu’ici João va avoir une
range relativement bien construite. Un mélange de mains
qui vont se coucher, qui sont en pot control
ou qui essaient de trap. Malgré tout, je vais miser cette main
pour le priver d’équité, pour value, pour l’empêcher de jouer des
mains pires que la mienne et aussi pour définir
un peu sa range. Ça me permet de
masquer ma range. Je pense que checker aurait aussi
révélé la force de ma main. João décide de payer. On va au showdown. Roi-8. Hauteur Roi.
Il avait la ventrale. Un coup assez standard, je pense. Quand est-ce que tu es sorti ?
Tu te rappelles ? Contre Greenwood. 13, 14. Assez intéressant, sur un flop 663
en bataille de blindes. – Tu ne l’as pas vue, celle-là ?
– Non. – Il avait relancé assez petit.
– Il a relancé petit ? Ouais, assez petit, 40K
sur 8K/16K. Je défends Valet-3 offsuit. 6-6-3 rainbow,
il mise un tiers ou un quart du pot. Juste 25, relance à 70, tapis, payé. – Ah il avait As-Roi, non ?
– Ouais, je l’ai un peu nitroll sur ce coup-là. Dame-10 off, une main
avec laquelle je vais limp dans ces situations, Je veux faire limp beaucoup de mains,
une bonne partie des mains fortes aussi. J’ai compris que c’était pour ça. Pas un bon flop, mais j’ai quelques backdoors,
surtout avec le 10 de pique. Je vais c-bet
avec l’intention d’envoyer un deuxième et troisième barrel
assez fréquemment, principalement pour les mains avec
lesquelles j’ai de l’équité. J’essaie de mettre la pression
sur la range de ‘Go0se’. Je me fais relancer et… Fold. J’insiste pas. Désolé. Il montre 8-6, OK. Honnête. Du poker honnête. Quand c’est du Short Deck, OK… Je peux jouer ceux-là aussi, mais… – Tu peux ?
– Oui. 9-9, contre la relance
UTG de João. Ici, j’ai la possibilité de call,
mais je peux aussi 3-bet. Je crois que je vais 3-bet, surtout contre quelqu’un
qui connaît aussi bien mon jeu. Je vais essayer de jouer ma main
de façon un peu différente. Et avoir une range
à laquelle João ne s’attend pas. Comme c’est la dernière main
avant la pause, avec un peu de chance, s’il a bu beaucoup d’eau et de café, il va faire un fold un peu plus tight
et ça n’ira pas plus loin. Au cas où il suit, j’ai quand même
une paire assez forte. Il décide de suivre. À coup sûr, il n’a pas bu assez de café
ou il a une bonne main. Flop plutôt bon, Roi-9-6. Un flop parfait pour ma main, surtout que je suis assez caché
avec mon brelan de 9. Je suis sur une range avec laquelle
João sait que je vais attaquer. Du coup, je vais déjà créer un pot. Aucune raison de checker. Je vais miser 1/3 du pot comme je le ferais avec
une grande partie de mes mains. J’espère que João
a touché le board, j’imagine que sa range
le touche assez souvent ici. Il peut voir des broadways
comme Dame-Valet, Dame-10 et Valet-10, qui pourraient payer. Roi-Dame, Roi-Valet,
tout est possible. As-Roi, quelques paires
entre les 9 et les Rois, comme 10-10, Valets et Dames.
Tout ça est aussi dans sa range. Quelques pièges, aussi. Peu probable qu’il ait 6-6,
mais pas impossible. Des tirages couleur… des mains
avec lesquelles il continuera. Ce sont des bons tirages
couleur, en principe. Il y a les tirages couleur et gutshot, ou As-Dame, As-Valet de pique,
As-10 de pique. Ce sont des ranges très fortes quand
on joue UTG et UTG+1. João suit. Le turn est une brique,
2 de carreau. Plutôt bon pour moi.
Le pot fait 9000. Du coup, je vais commencer
à faire grossir le pot. Ce serait un board
où j’attaquerais fréquemment si je n’avais pas brelan. Avec mon 3-bet UTG+1, je représente
As-Roi, paire d’As, des mains très fortes. Alors quand je ne les ai pas,
je n’aime pas miser. Ce sera un spot parfait pour prendre beaucoup
de value. Je fais 7 300, quasiment
la taille du pot, pour mettre la pression
sur les mains moyennes de João. Je veux value bet contre ses meilleures
mains, quand j’ai une range de bluff. Et comme cette fois-ci j’ai un brelan,
je vais maintenir une stratégie cohérente. J’espère que Barbosa a une des mains fortes
que j’ai mentionnées. João suit, ce qui signifie qu’il a une de ces mains fortes. C’est dans sa range. River, un 6. On a fait full.
Un brique. Pas une carte qui fait peur. Il pourrait avoir
une main relativement marginale comme Roi-Dame
ou Roi-Valet suited, ou encore paire de Dames
ou paire de Valets, mais j’ai décidé que la deuxième
possibilité était moins probable. Maintenant,
je dois décider du meilleur sizing. Quelle serait le meilleur sizing
pour ma range de bluff ? Quelle serait le meilleur sizing pour
extraire de la valeur de ma range ? Le pot fait 23 500.
Je vais miser ce montant. Un sizing pertinent,
qui fait du sens… …que je sois en bluff ou non.
Je ne veux pas, surtout avec un
joueur aussi bon que João Barbosa, donner un tell fort
avec la taille de ma mise. Je vais faire autour de 20 000,
19 000. C’est la meilleure option. Je fais 18 600, en espérant
qu’il ait As-Roi ou un Roi fort, ou qu’il hero call avec
paire de Dames ou de Valets. Je pense que je représente assez peu
de mains. Paire d’As ou paire de Rois. Il sait que je me couche souvent. C’est pas vraiment ce
à quoi je m’attendais. C’est mauvais signe. Je sais que j’ai un full, mais João peut difficilement être en value
avec une main moins bonne
que la mienne. Il peut avoir paire de 6, paire de Rois. On va avoir un très bon prix. 37 300. J’ai misé 18 600, ce qui était
grosso modo un min-raise. Je ne lui vois pas une grande
range de bluff ici. S’il avait As-Roi, je pense
qu’il se contenterait de payer, parce que je pourrais avoir
As-Roi, ou paire d’As, et il ne pourrait pas
extraire beaucoup de value. Je ne pense pas qu’il va essayer
d’extraire de la value de Roi-Dame, ou quelque chose dans le genre.
S’il a As-Roi il va juste payer. Les As et les Rois sont des mains
que je crois qu’il peut avoir. Je suis sûr et certain que João
n’irait pas à tapis avec As-Roi. Peut-être qu’il a les As.
S’il a les As, je vais devoir payer. Il y a une seule combinaison de 6-6,
trois combinaisons de Roi-Roi. Ça fait quatre combinaisons, j’ai besoin qu’il ait une
combinaison que je batte. Assez peu probable
qu’il bluffe à mon avis. Éventuellement, As-Dame de pique
ou As-Valet de pique. Je pense que c’est peu probable et il y a 6 combinaisons
de paires d’As possibles, mais il va 4-bet préflop avec certaines et
peut-être qu’il ne fait pas tapis avec AA. Il est encore possible
qu’il ait les Rois, et les As ne prendraient pas de value
contre beaucoup de mains. À la limite As-Roi. Est-ce qu’il
est nerveux ? On ne dirait pas. Je ne sais pas comment
je vais réussir à coucher ça. Même si je suis battu,
le prix est vraiment bon. J’ai du 5 contre 1.
4 combinaisons qui me battent. Est-ce qu’il peut avoir
une main que je bats ? Il faut qu’il ait les As.
Mais ça serait dingue. ll y a deux possibilités
de paires d’As dans ce spot : les As qui ont flat-call préflop, les As qui pourraient
faire tapis à la rivière, mais qui ne l’ont pas fait au flop et au
turn. Cela n’arrive pas souvent, et João n’a pas du tout
l’air nerveux. 5 contre 1. Je pense que je vais
réfléchir encore un peu. Le pot est assez gros. Même si la décision est
a priori déjà prise, je veux m’assurer
que je n’ai rien oublié. Ça ne coûte rien de prendre un moment
pour réfléchir, c’est la pause. Enfin, ça coûte sa pause à João,
mais il faut savoir se montrer patient. Dans ces spots, ça vaut la peine de
réfléchir un peu plus pour s’assurer de
prendre la bonne décision. Les Rois. Le full au dessus.
C’était attendu. J’ai quand même essayé de m’en sortir,
mais sans succès. Le prix était trop bon. Les 6 étaient peu probables, KK était effectivement possible.
Mais je dois call. Il me reste encore 5 000.
Non, 6 200. Ça va encore. Je dois apprendre à ne pas 3-bet
avec 99 contre une relance UTG. C’est bizarre. J’ai pensé :
66 ça se couche préflop, les 9 doivent payer.
Je veux dire, les As-Roi et As-As, je pense
qu’ils vont se coucher, mais bon… Je pensais que tu pouvais avoir…
il y a 3 combinaisons de KK, je pense que 66
ça se couche pré-flop, non ? Il doit y avoir des combos d’As. Oui, mais je pensais que tu allais te coucher
parce que tu pensais que j’avais les 9… – Mais c’était moi qui les avais !
– C’était plus possible de les avoir. Il n’y avait plus de 9 disponibles
dans le paquet. – Hein ?
– Serrez-vous la main comme au tennis. – Je n’ai pas entendu.
– Serrez-vous la main comme au tennis. C’est pas fini. La poignée de main,
c’est seulement à la fin. C’est clair.
Doucement, j’ai encore des jetons. Je pensais que tu pouvais
avoir les As, tu sais. Aussi, j’ai seulement
trois combinaisons de… mais celles-là,
elles ne vont pas overplay. Si tu avais ne serait-ce
qu’une combinaison que je bats… En plus, j’ai 5 contre 1.
5 contre 1 ! Du coup, le pot fait 37 plus les 23, je sais pas… ça fait 37…
ça faisait 37 200, non ? Du coup, ça fait 75 000,
plus les 23 qu’il y a déjà dedans… 98. Je dois payer 18 pour 98,
j’ai mieux que 5 contre 1. J’ai pensé à me coucher. – Hein ?
– J’étais pas content du tout. Je ne pensais pas être payé. Peut-être… les As… ou As-Roi ? – Ou un bluff, non ?
– As-Roi… Oui, le Roi… j’avais envie
de prendre des jetons contre ton As-Roi. Hein ? J’avais envie de tirer profit de ton As-Roi, mais bon, au moins c’est resté entre nous.
Les jetons restent entre de bonnes mains. – Hé, ça va ?
– Comment ça va ? Bien ? Bien. Je vais aux toilettes. J’avais paire de 9 contre
les Rois, sur Roi-9-6-6. Tu as sauté ? J’ai 3-bet UTG+2,
il a payé… Non, je n’ai pas été sorti,
il me reste encore 4800 ou 5800 ? – Voilà, ça va ?
– Il t’en reste ? – Oui, j’ai encore des jetons.
– OK. – Donc ça va.
– Tant mieux. – Allez, allez.
– Allez, allez, allez. Et alors, fraté ? Viens par ici,
on est à la télé ! – J’ai déjà participé !
– Tiens ! Comment ça va, mec ? Alors, ça roule ? Combien de jetons ?
On rentre ? On va reprendre aux blindes
200/400 Ante 400. On vient de revenir de la pause.
On a encore des jetons. Avec l’expérience,
on s’habitue à ces situations où tout ne se passe pas comme prévu,
et maintenant on va devoir ramer, faire fructifier ses jetons,
ne pas céder au stress, et attendre un bon spot. La stratégie short stack,
je l’ai très bien répétée. Je sais que j’aurai
une chance de revenir. Me voilà au bouton. J’ai 5000,
soit 12,5 BB. Tapis. A-7 offsuit.
Situation beaucoup étudiée. Ça passe pour cette première fois,
et je vais essayer de prendre le rythme, aller chercher les opportunités. J’ai gagné 1000 jetons,
on est à 6200, 6300 plus ou moins. Jouer short stack,
c’est ça : fold… il faut attendre le bon moment.
La patience est très importante. Je vais voir comment
je peux réussir à m’en tirer. Pendant ce temps, Dario sort ses lunettes
de soleil pleines de style, style napolitain. Il a le style avec
ses lunettes de soleil. Relance de Luiz UTG. La relance montre
pas mal de force, j’imagine. Voyons un peu ce qu’on a. Paire de 8, une décision
assez facile avec notre stack malgré les autres mains,
malgré celle de Luiz. La range de Luiz est forte.
Je vais faire tapis. En espérant qu’il se couche,
ou en espérant doubler. 5,8. Cinquante-huit. Luiz paie. As-Dame de carreau,
c’est parti pour un flip. Ça commence mal. Il floppe un brelan, j’espère
toucher mon tirage couleur. Le voilà !
Un 2 de trèfle pour rester en vie. Avoir de la chance,
c’est important malgré tout, et le 50/50 revient au Portugal. Et maintenant,
j’ai de nouveau des jetons pour jouer. 12 600 de stack, 31 BB.
Je suis de retour. Niveau 5, parmi les 400 derniers. Il y a encore beaucoup à jouer.
Ça va être une longue journée. Une journée vraiment card-dead. On est en train de
perfectionner nos folds. Patience, patience, patience. Ce sont les trois règles principales,
surtout en live. Me voici au cutoff.
Voyons un peu ce qu’on a. 9-7 de trèfle. 9-7, depuis cette position
c’est une relance. Les joueurs qui restent
ne sont pas les meilleurs. Mais même sans ça, ma main
est assez forte pour relancer. Relance à 2,25 BB. Relance standard avec mon stack. La BB me suit sans me 3-bet, ce qui exclut quelques mains. Contre mon stack, certaines
des meilleures mains auraient 3-bet. Je ne pense pas qu’elle a ces mains
dans sa range. Le flop est plutôt bon. Top paire, tirage couleur backdoor,
tirage suite backdoor. C-bet. Le pot fait 1200, je peux
faire un c-bet de 1300. Je vais prendre
un peu de valeur sur des tirages, des paires moins fortes que le 7,
comme les 6, une paire de 5, de 4… Et priver de l’équité a des mains comme
Dame-10, Valet-10, qui ont encore une bonne équité
contre ma main. La BB me suit. Pour le moment,
je pense que je suis bien, il va y avoir quelques tirages, des mains moins bonnes
que la mienne. 6 de trèfle au turn. Pas la meilleure carte,
pas la pire. Maintenant, je viens
de toucher un tirage couleur, mais la deuxième paire fait brelan et gagne
contre ma main. On dirait qu’on va
devoir check back, et si les tirages ne rentrent pas,
couleur ou suite, je paie la river. Rivière pas super non plus,
ça fait rentrer 9-8. Éventuellement 8-4 ou 3-4 suités. Elle check, on dirait
que ma main est toujours devant. Après le check
de mon adversaire en BB, je pense qu’elle a rarement le 6.
8-9 non plus, je pense qu’elle miserait. Je pense aussi
qu’elle miserait les 7 plus forts, comme As-7, Roi-7, Dame-7. Je vais essayer
de récupérer un peu de value, ici. C’est une joueuse qui a tendance à
souvent payer à la river. Je mise deux tiers du pot, pour essayer de me faire payer par
un 5 ou hauteur As. Elle représente souvent
les 10, aussi. 9-7, est-ce que ça va passer ? Elle ne montre pas.
Je gagne le pot. Je pense qu’elle devait avoir un 5
ou hauteur As. Connaître ses adversaires
et leurs caractéristiques est assez important, et cette joueuse a tendance
a vouloir aller au showdown. C’est une joueuse
assez expérimentée qui fait tout le circuit
et c’est dans ce type de situation, même si la mise
à la river était assez tranquille, c’est dans ce type de situation
que les notes que je prends sur mon téléphone
se montrent importantes, pour m’en rappeler d’ici un mois ou deux quand je ferai face aux mêmes adversaires. Savoir quelles caractéristiques
j’ai identifiées dans le passé pour les utiliser plus tard. Et maintenant,
mon stack est plutôt pas mal. Il faut voir le verre à moitié plein, João. 42 blinds, c’est pas si mal
après cette confrontation full contre full face à ton compatriote João Barbosa. C’était presque impossible d’y échapper,
mais tu as su garder la tête froide, puis gagner un flip crucial et récupérer quelques-uns
des jetons perdus. C’est de bon augure
pour la seconde moitié du Day 1 que vous pourrez découvrir très vite dans le prochain épisode
de Dans la Tête d’un Pro !

Posts created 2637

56 thoughts on “Dans la tête d’un pro : João Vieira au PCA 2019 (1)

  1. le mec perd un coup a 2 fois l'average avant la pause,il discute tranquille du coup contre celui

    qu'il a perdu. super mentalité professionnel

  2. waouh sick rien que de penser quil peut fold ce genre de main. perso je pense que je me commit ici comme la plupart des gens

  3. Le 3 bet avec les 9 est chaud;.. apres lacher le full est presque impossible… et je pense que même si il le 3bet pas.. il est embarqué dans un coup ou il sera trap a chaque foi… Bien joué !

  4. Bonjour,
    Depuis le temps que je regarde " Dans la tête d'un Pro " j'ai appris bien des choses.
    Les mains jouées avec le commentaire du joueur sont le plus souvent très bien argumentées.
    Cela dit, j'aurais une requête, quelque chose qui manque à bien des joueurs.
    Ce serait de voir les mains foldées ainsi que la position de notre Pro lorsqu'il passe une série de fold-fold-fold…
    En effet, ces séries ( en dehors du fait que notre joueur se refait à chaque " fold " une image de joueur sérieux-tight-voir frileux… )
    J'aimerais beaucoup savoir ce qu'ils(elles) foldent et en quelle position, ou contre quel joueur en big blind, stack contre stack si c'est la raison et qu'il nous dise pourquoi il fold telle ou telle main 🙂
    Pourriez-vous vous pencher sur certains de ces fold qui ont j'en suis sûre pour au moins 30% d'entre eux un intérêt primordial pour les joueurs qui regardent ces vidéos.
    Je vous remercie d'avance.
    Je suis persuadée que l'apprentissage du " Fold " ainsi que sa justification est aussi capital que toute autre façon de jouer.

  5. GG, pas grands chose a faire d'autre de payer, rajouter 20k ds un pot qui en fait 80 avec Full… Un bon gros cooler des familles

  6. Super épisode mais bon c un peu chiant de devoir lire les sous titres c plus difficile de comprendre son raisonnement ducoup

  7. une perfection, on as l'impression qu'il est fais pour ça même en voix off il est vif et on ne s'ennuie pas une seconde ! L'épisode précédent étais bien moin agréable et limite fatiguant, il sais vraiment animer la choses j’espère qu'il iras loin qu'on est beaucoup d'épisode

  8. Je trouve que c’est quand même plus intéressant quand c’est un joueur francophone car c’est d’une part beaucoup plus agréable de pouvoir comprendre la langue, mais aussi pour pouvoir comprendre toutes les réactions

  9. Incroyable sérénité , full contre full énorme coup et il arrive à resté positif et concentré un coup contre son compatriote qui aurait pu le touché profondément. Respect à lui et au travail effectué pour cette série magnifique

  10. les 3 points en toute detente comme si il etait a 2 m du cercle 😛 , le full over full en toute detente……maitre zen ! impressionant !

  11. la jugada esta muy clara, solo no se supo desprender de su full house. se nota q es el tipico jugador q le gusta jugar a la defensiva coldcalleando, 99 claramente es un cold call a UTG. hasta el river llega con GS,AK,KQs pero cuando raisea no tiene faroles ya q nadie se juega su torneo con aire de la montaña en ese spot. demasiado ambisiosa esa apuesta de casi el pot q se sintio comitted. no era un easy fold pero pensando bn su rango era KK 66. y esas matematicas no funcionan joao de 5 a 1 xq si pagas el raise perdes las 5.GL!

  12. J'adore le positisme de ce portugais. J'aime ses analyses avec clairement à quoi il pense, il est dynamique en voix off, et ne se lamente pas sur une config perdante alors que beaucoup de joueur (dont moi) aurait tendance à en parler a tout le monde du genre j'ai trop pas de bol putain.

    Je me réjoui de voir la suite!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top